Les choses qui n'arriveront pas à distance

De Wiki Agile
Aller à : navigation, rechercher

Auteur : Alberto Brandolini, créateur de l'EventStorming
Source : Remote EventStorming
Date : 26/03/2020


Traducteur : Fabrice Aimetti
Date : 14/11/2022
Crédit : Julien Avisse


Traduction :

Atelier [...]

L'hypothèse sous-jacente d'un atelier [...] est que nous pouvons apporter une énorme quantité de découvertes en mettant à disposition des experts à plein temps, avec la promesse que ce n'est que pour une journée.

Certains experts ne sont pas si faciles à obtenir. Ils vont commencer à demander des clarifications ou "va-t-on vraiment avoir besoin de moi pendant toute la journée ?" Leur temps peut être vraiment précieux, et ils sont légitimes pour contrebalancer les coûts et les revenus hypothétiques.

Mais un atelier [...] est aussi un format où les surprises arrivent, et elles arrivent grâce à une structure quelque peu chaotique (je veux dire... juste assez de structure pour que la magie opère) et parce que c'est massivement immersif. De nombreuses choses - et de nombreuses conversations - se dérouleront en parallèle, car lorsque l'atelier commencera, il s'agira d'un grand puzzle incontournable à résoudre avec vos pairs, et tout le monde devra contribuer d'une manière ou d'une autre.

Les choses qui n'arriveront pas jamais à distance

  • Conversations parallèles - Il s'agit probablement du 1er obstacle. La bande passante des conférences téléphoniques est inférieure à 1. Il n'est généralement pas possible d'avoir une seule conversation décente... ou d'en avoir plusieurs en même temps. Certaines conversations n'auront pas lieu - et vous perdrez des informations précieuses - d'autres auront lieu quand même - et vous perdrez un temps précieux.
  • Les conversations localisées - Des personnes parlant de différents sujets juste à côté de l'endroit où se situe le problème, cela ne se produira probablement pas. Cela améliore l'apprentissage, la prise de conscience et permet d'établir de meilleures relations humaines entre les parties prenantes et l'équipe de développement.
  • Le langage corporel - C'est une grande source d'informations, que vous le traitiez consciemment ou non, vous vous en souviendrez. Sans cette précieuse source d'information, la compréhension sera plus superficielle, ou les gens seront plus susceptibles de dire quelque chose qu'ils regretteront sans les signaux faibles.
  • Facilitation active - Pendant quelques instants, le facilitateur est vraiment actif pour comprendre les attitudes et les prises de position des participants, et doit essayer d'éliminer tout obstacle à une participation engagée. En mode virtuel, cela devient beaucoup plus difficile, car la plupart des micro-empêchements ne seront pas visibles, ni même traitables (pouvez-vous faire quelque chose pour empêcher un chat à distance d'interférer avec votre atelier ?) L'atelier peut déraper et le facilitateur peut ne pas avoir beaucoup de contrôle sur cela. J'ai l'habitude de décrire le facilitateur comme un dee-jay pour une fête. Pouvez-vous être un bon DJ sans savoir si les gens dansent ?
  • Immersion totale - Vous pouvez être en mode immersion totale si vous êtes dans une pièce remplie de collègues qui font la même chose que vous. Il y a un engagement, une pression des pairs, un certain degré de complicité... tout cela disparaît malheureusement si vous êtes ailleurs. Un atelier composé de participants à moitié engagés est très proche de n'être qu'une réunion dysfonctionnelle de plus.
  • Journée complète - Sérieusement, vous voulez vraiment faire un atelier à distance d'une journée complète ? Prolonger la douleur d'une conférence téléphonique du matin au soir ? Si nous optons pour un atelier à distance, cela ne sera pas viable.
  • Pas d'interruptions - Le fait que l'atelier se déroule entièrement sur support physique garantit qu'aucune interruption ne sera provoquée par les outils de l'atelier (ok, peut-être un feutre usé). Une version en ligne signifie que vous serez connecté à Internet, avec toute la gamme des popups et des interruptions (que vous devriez déjà avoir désactivées, mais pouvez-vous garantir que tout le monde l'a fait ?), sans compter que cela ouvre la porte à un engagement partiel. Vous allez être à distance, finalement.
  • Pas de limitation du périmètre - L'atelier [...] s'appuie sur le fait de ne pas restreindre le périmètre d'exploration dès le départ, car je sais que nous pouvons tenir nos engagements en une journée. Un périmètre illimité implique que la contrainte principale est visible et fait partie de notre exploration, ce qui rend le paradoxe d'Arrow vraiment puissant (et ci-après "Le coup de poing"). Lorsque tout est plus lent, nous risquons de ne pas pouvoir garantir la richesse de l'exploration, en sacrifiant des éléments pertinents du flux.
  • Se déplacer - le fait de pouvoir se déplacer permet de vivre une expérience plus immersive, mais aussi d'adopter une position plus saine pendant l'atelier. Plus d'oxygène, et ainsi de suite.
  • Le coup de poing - L'atelier [...] est une activité facilitée qui permet d'atteindre un moment décisif. Ce moment est conçu comme un coup de poing dans la figure (vous voudrez peut-être lire Switch à ce sujet) pour être plus efficace. Dans un atelier à distance, l'effet coup de poing disparaît.

Le triste résumé

Dans l'état actuel de la technologie, je ne vois pas comment obtenir une expérience décente (je ne cherche même pas une expérience comparable) pour un atelier [...]. Le format à distance sera plus douloureux, créant des obstacles qui empêcheront les personnes clés de contribuer et, en fin de compte, produisant plus de souffrance et moins de résultat, laissant peut-être en place exactement les angles morts que nous voulions identifier.

Pire encore, si vous essayez d'organiser un atelier [...] avec ce format, et que vous l'appelez [...], vous risquez de compromettre vos efforts pour organiser un atelier convenable en personne par la suite, car le nom est maintenant associé à une expérience douloureuse.