La différence entre Coaching et Mentorat

De Wiki Agile
Aller à : navigation, rechercher

Auteur : Carol Wilson - Copyright © Culture at Work Limited
Source : The Difference Between Coaching and Mentoring


Traducteur : Fabrice Aimetti
Date : 31/08/2023


Traduction :

Quelle est la différence entre le coaching et le mentorat ? Certaines organisations utilisent ces termes de manière interchangeable, mais je pense qu'il s'agit de deux choses différentes. Dans cet article, j'explore les différences entre les deux et je définis d'autres formes d'intervention apparentées, notamment le mentorat inversé, le suivi psychologique, le conseil et la thérapie.

Coaching vs Mentoring

Définition du coaching

Les coachs travaillent à l'amélioration des performances et du bien-être d'un individu ou d'un groupe en fixant des objectifs, en explorant les valeurs et les croyances et en créant des plans d'action. Il ne s'agit pas de conseiller ou de convaincre, mais de poser des questions pour faciliter la prise de conscience et l'auto-apprentissage. Le coach n'a pas besoin de connaissances, de compétences ou d'expérience dans le secteur d'activité de la personne à coacher. En fait, l'ignorance peut être un avantage et peut encourager le coach à poser des questions plus neutres et moins suggestives.

Coaching-strip-768x215.png

Définition du mentoring

Je définirais les mentors comme des personnes qui transmettent leur propre expérience, leur apprentissage et leurs conseils à ceux qui ont moins d'expérience dans un domaine particulier. Dans les entreprises modernes, la pratique du mentorat dans un style de coaching est de plus en plus répandue.

Le terme trouve son origine dans la Grèce antique, dans le poème classique d'Homère, "L'Odyssée", dans lequel Ulysse nomme un tuteur appelé Mentor pour s'occuper de son fils Télémaque en son absence, en tant qu'enseignant, guide et ami.

Mentoring-strip-768x215.png

Le continuum coaching-mentorat-management

L'apprentissage des compétences en matière de coaching et la présence d'un coach font aujourd'hui partie intégrante de la vie professionnelle des dirigeants. L'un des défis actuels les plus fréquemment évoqués par les coachs et les dirigeants est de savoir quand coacher, quand donner des conseils et quand être directif, que ce soit au travail ou dans la relation de coaching. Aujourd'hui, un manager efficace doit être capable d'évoluer en douceur sur ce continuum entre le coaching, le mentorat et le management directif :

Continuum-Slide2-624x468.jpg

L’histoire du coaching

Le coaching prend ses racines principalement dans la psychologie et le coaching sportif. Cependant, la psychologie ancienne, jusqu'à l'époque de Freud et de Jung, était essentiellement curative et l'est restée même lorsqu'elle s'est développée par la suite grâce aux thérapies comportementales et cognitives. La thérapie consistait à identifier ce qui n'allait pas chez le sujet et à tenter d'y remédier.

Dans les années 1960, la psychologie humaniste a été développée, les figures clés étant Abraham Maslow, célèbre pour sa "hiérarchie des besoins", et Fritz Perlz, le fondateur de la Gestalt-thérapie. La véritable avancée de ces psychologues a été de commencer à s'intéresser à ce qui va bien chez les gens plutôt qu'à ce qui ne va pas, en se concentrant sur le meilleur de leur potentiel plutôt que sur leurs problèmes. La hiérarchie des besoins place "l'accomplissement de soi" au sommet de l'évolution humaine.

Maslow-624x468.png


Maslow s'est concentré sur le sommet du triangle : comment atteindre le sommet de l'accomplissement et de la satisfaction. Il pensait que le processus d'ascension vers le haut résoudrait les problèmes qui se posent plus bas sur le chemin.

Les fondateurs du coaching

John-Whitmore-and-Tim-Gallwey.jpg

Tim Gallwey et Sir John Whitmore avec Paul Tabley, coach de Culture at Work, lors de la conférence Inner Game 2008.

Ce n'est que dans les années 1970 qu'un coach de tennis a appliqué ce principe à l'entraînement. Timothy Gallwey, diplômé de Harvard, est devenu capitaine de l'équipe de tennis de Harvard alors qu'il était en congé sabbatique. Gallwey a remarqué que lorsqu'il quittait le court, ses élèves avaient tendance à s'améliorer plus rapidement que lorsqu'il était là pour les instruire. Déjà adepte de la spiritualité et de la psychologie, Gallwey a exploré ce paradoxe et mis au point une série de techniques pour amplifier les effets bénéfiques. L'une de ses principales découvertes est l'application de la "directionnalité", qui consiste à nommer son objectif avant de commencer. Gallwey a écrit une série de livres intitulée "The Inner Game" (le jeu intérieur), appliquant cette théorie et d'autres à la performance dans la vie, au travail et dans le sport.

Dans les années 1980, les travaux de Gallwey ont été adoptés par le baronnet anglais Sir John Whitmore, qui a importé les techniques en Europe et a fondé des écoles de ski et de tennis pour les développer. À un moment donné, une grande organisation a demandé à l'équipe de Whitmore d'organiser une journée de coaching de tennis "autodirigé", car elle souhaitait que ses cadres intègrent l'approche du jeu intérieur dans leur style de leadership. Cette approche a été baptisée "coaching de performance" pour la différencier du coaching sportif conventionnel, et Whitmore a écrit un livre à ce sujet, intitulé "Coaching for Performance", qui a depuis été traduit en 19 langues et est devenu une sorte de bible pour les coachs et les organisations.

C'est ainsi, semble-t-il, qu'est né le terme "coaching", fruit de la contribution des domaines de la psychologie, de I'entreprise et du développement personnel.

Le coaching de direction, le coaching en entreprise, le coaching de carrière, le coaching personnel et d'autres types de coaching reposent tous sur les principes décrits précédemment. Le coaching est un processus, comme la comptabilité, et le processus reste sensiblement le même quel que soit le type de coaching.

Il existe un nombre croissant de types de coaching, tels que le coaching de vie, le coaching de dirigeant, le coaching d'équipe, le coaching de groupe et le coaching de carrière, mais le processus est en grande partie le même. De même que plus un athlète est performant, plus il est susceptible de travailler avec un coach sportif, le coaching de performance ne consiste pas nécessairement à résoudre des problèmes, mais à aider des individus et des équipes performants à le devenir davantage.

La profession est actuellement autorégulée, mais la plupart des coachs ont suivi une forme de formation et d'accréditation. Plusieurs organismes de coaching ont été créés par des coachs du monde entier, notamment l'Association pour le Coaching, l'ICF et l'EMCC. En outre, certains organismes d'accréditation, comme l'ILM, délivrent des certifications en matière de coaching.

Les principes du coaching

Le coaching est positif, sans jugement, orienté solution et confrontant :

Principles-768x576.png

Bien que la maîtrise du processus revienne au coach, le contenu revient toujours à la personne coachée, ce qui fait de l'expérience du coaching une expérience responsabilisante, productive et agréable. Le point central du diagramme ci-dessous représente les moments où le coach fait des suggestions ou partage ses propres idées. Il demande généralement la permission avant de le faire, établissant ainsi une frontière claire entre la démarche/préoccupation du client et la sienne :

Process-content-624x468.png

Le coaching peut être pratiqué individuellement ou avec des groupes de toute taille et est utilisé avec des équipes pour parvenir à unir et à soutenir les forces en présence. Les compétences de communication dans le coaching sont anciennes et inhérentes à tous les individus ; certains sont des coachs naturels qui ont été élevés dans une ambiance de coaching. Pour d'autres, il est possible d'apprendre les compétences et de changer leur style de communication, d'où la popularité croissante du coaching dans les entreprises et les organisations publiques. Un bon leadership est pratiquement synonyme de bonnes compétences en matière de coaching.

Parfois, un passif émotionnel peut remonter à la surface pendant le coaching et le coach peut orienter la personne coachée vers un suivi psychologique ou un thérapeute. Cependant, il arrive que le processus de coaching permette de dissoudre des blocages et des traumatismes profondément ancrés qui empêchaient la personne coachée d'avancer, simplement grâce à son approche axée sur les solutions, sans qu'il soit nécessaire de procéder à une exploration plus approfondie. Le coaching a également produit des résultats en matière de guérison physique, parfois en combinaison avec des domaines connexes tels que le Clean Language de David Grove, l'analyse transactionnelle ou d'autres disciplines.

Y a-t-il une différence entre le coaching et le mentorat ?

Les frontières entre le coaching et le mentorat s'estompent aujourd'hui, les mentors découvrant que le mentorat à la manière d'un coach est plus efficace que le simple fait de donner des conseils, tandis qu'à l'inverse, il devient de plus en plus acceptable pour les coachs de donner des conseils et de partager leur expérience, en observant toutefois certaines règles qui préservent les principes du coaching.

Mentorat inversé (Reverse mentoring)

On parle de mentorat inversé lorsque des membres du personnel moins expérimentés servent de mentors à ceux qui ont plus d'ancienneté ou d'expérience. Dans les hiérarchies actuelles plus aplaties, les connaissances et les mentalités de la jeune génération à l'aise avec le numérique peuvent avoir beaucoup de valeur à offrir à leurs aînés, c'est pourquoi la pratique du mentorat inversé gagne du terrain.

Reverse-mentoring-cropped-300x183.jpg

Interventions autour du coaching et du mentorat

Thérapie, psychiatrie, psychologie et psychothérapie

Un psychiatre est un médecin qualifié ayant suivi une formation complémentaire en psychiatrie, mais pas nécessairement en psychologie. Il est le seul praticien dont il est question dans cet article à pouvoir prescrire des médicaments pour traiter un trouble mental.

Un psychologue a une formation générale en psychologie, généralement sanctionnée par un diplôme, ainsi qu'une formation complémentaire dans un domaine spécialisé.

Un psychothérapeute travaille au contact de difficultés émotionnelles profondes et aura reçu une formation rigoureuse et une supervision continue.

Les trois catégories ci-dessus impliquent généralement une forme de jugement, de diagnostic, de prescription ou de conseil de la part du praticien, alors que ces concepts ne font pas partie de la philosophie du coaching, même si des suggestions peuvent être faites à l'occasion.

Depuis peu, les compétences de base en matière de coaching sont généralement intégrées dans les formations thérapeutiques, quelles qu'elles soient.

Suivi psychologique

Les conseillers psychologiques offrent souvent le simple service de "quelqu'un à qui parler", en particulier dans les situations de deuil, de choc ou d'anxiété. Il existe différents niveaux de formation, à commencer par un cours de courte durée débouchant sur un certificat. Les séances peuvent être ponctuelles ou se dérouler régulièrement pendant des mois ou des années.

Il arrive que l'on ait besoin de surmonter un deuil récent ou une expérience traumatisante en en parlant, et c'est là que le suivi psychologique est plus approprié que toute autre intervention. Les techniques orientées solutions sont parfois utilisées dans le cadre du suivi psychologique, mais leur fonction n'est pas nécessairement d'aider le client à aller de l'avant.

Conseil

Le terme "consultant" est un terme générique couramment utilisé pour décrire toute personne qui travaille de temps à autre pour une organisation au niveau de la direction, mais qui n'est pas à proprement parler employée par cette organisation ; cette catégorie peut donc inclure les coachs externes. Un consultant est une personne qui apporte une expertise extérieure à l'organisation dans n'importe quel domaine, qu'il s'agisse de mettre en place des systèmes informatiques, d'apporter un soutien psychologique aux cadres ou de les aider à améliorer leurs performances.

Conclusion

Une façon simple d'exprimer la différence entre le coaching et le mentorat est la suivante :

"Un coach a d'excellentes questions pour vos réponses ; un mentor a d'excellentes réponses pour vos questions."

Une analogie avec la conduite d'une voiture permet de définir les différences entre tous les domaines cités précédemment :

  • Un thérapeute explorera ce qui vous empêche de conduire votre voiture.
  • Un conseiller psychologique écoutera vos angoisses à propos de la voiture.
  • Un mentor partagera avec vous des astuces tirées de son expérience de la conduite automobile.
  • Un consultant vous conseillera sur la manière de conduire la voiture.
  • Un coach vous encouragera et vous soutiendra dans la conduite de la voiture.